Il y a si longtemps…

Il y a si longtemps que mon coeur n’a été effleuré par le souffle léger de l’amour

Quelques mots seulement qui fendillent le vernis
fracassent la couche de béton
tordent les chaînes

Les secrets, la honte, la douleur
sont lavés sous les torrents de larmes

La liberté est-elle enfin possible?

Publicités