En suspension

Parce qu’il est si facile de s’étouffer avec sa propre indifférence. Un piège sournois qui nous laisse vide et seul.

Mourir d’indifférence n’est pas le pire…. Imaginons l’assasinat de la main de nos incohérences.

L’ennui, l’ennemi pervers m’empêchant de voir et déguster de simples plaisirs, tel ce rayon de soleil lascif sur ma peau.

Au moins lorsque l’on meurt d’ennui, notre âme tremble et notre esprit cherche la prochaine joie qui nous sauvera.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s