« Tu as disparu »

La jolie Anya (la fille de ma bonne copine) qui me dit hier alors que je débarquais souper à la maison : « Tu as disparu! T’étais où? »

Enfant, je lui répondais que les fées m’avaient invitée à venir danser avec elles dans les bois. Je lui racontais donc mes péripéties et enchantée, elle me laissait partir encore et encore pour que lorsque je revienne, je puisse lui raconter d’autres histoires.

Maintenant, elle a 22 ans. Ça m’a ému…  J’adore cette enfant, maintenant devenu demoiselle, qui encore, a le cœur léger de l’enfance.

Je lui ai pointé le sac que j’avais laissé dans l’entrée. Évidemment, je lui ai fait une copie de mes écrits. Elle restera toujours la première à qui je ferai lire mes élucubrations de solitaire. Il y a de ces êtres que l’on rencontre et avec qui il n’y a qu’amour.

J’étais donc là-bas, sur le bord de ce fleuve tant aimé, pour me nourrir d’infini et ouvrir mon esprit jusqu’aux confins de l’univers. Et il a été généreux. Les mots ont surgit en vives cascades.

Dans quelques mois je vous reparlerai de cette histoire. Lorsqu’elle aura dormi, que je l’aurai oublié et que je pourrai la regarder avec un regard neuf. En attendant, je me délecterai des commentaires élogieux de la douce Anya.

Publicités