Ces routes qui ne mènent nulle part et partout

J’ai regardé partout à la fois
Aspirant à grandes goulées
Le monde qui se dévoilait devant moi
J’ai marché sur des routes
Longues, droites, sans fin
Mais je préfère celles
Où mes pas se sont embourbés
Enfargés, liés, déchaussés

Celles où j’ai aimé
Où j’ai marché accompagnée

Je suis allée nulle part
Et partout en même temps
Je suis ici
Tout le temps

© Gaël Frédérique Deslandes
Napowrimo – jour 19

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s