Sa haine et moi (flash fiction)

La dernière chose que je me suis dites, c’est qu’elle m’aimait. Il est impossible d’haïr autant si on n’aime pas à la même intensité. Chaque jour, au réveil, elle était là, penchée sur moi à me regarder dormir. Toujours, elle m’en a voulu d’être arrivée avant elle. Une fatalité qui semble nous avoir séparé dès notre naissance. Une vie de haine et de colère, de rage ruminée et contenue, pour une minute trente deux secondes de différence.

Cela n’aura pris que deux minutes et je pars avec la sensation de la douce caresse de ses mains vibrantes de haine sur ma gorge.