Maintenant il y a nous

Hier je ne savais pas que ce maintenant était possible. N’est-ce pas étrange que pendant tant d’années, ce nous n’était pas possible. Plus possible pour tant de raisons, tant de défaites et de douleurs. je n’arrivais plus à expliquer, lorsque l’on me posait la question.

Comment se fait-il que toi? Quoi moi? Que tu sois seule…

Moi? Je ne suis pas seule. Jamais. J’ai l’amour avec un grand A partout autour de moi et surtout en moi. Non, je veux dire, seule, sans « quelqu’un »…

Mais c’est qui ce quelqu’un à qui l’on accorde tant d’importance. J’aime déjà avec une force inouïe les êtres qui partagent ma vie, pour deux jours comme pour dix ans.

Mais l’AMOUR?

J’ai médité sur la question. J’ai voyagé encore. J’ai demandé autour de moi. J’ai écouté ce que l’on m’a dit sur l’amour, à deux. Cet amour salvateur qui doit combler tous nos désirs, toutes nos attentes, tous nos rêves.

J’ai demandé. Et si mes rêves sont comblés, mes désirs répondus, que dois-je chercher? Et j’ai su que je l’avais déjà trouvé.

Partout où je vais, maintenant je marche et il y a NOUS. Ce n’est plus Moi et Vous. C’est NOUS.

Je ne suis jamais seule, car il y a nous. Pourquoi voudrais-je limiter cet amour, qui me porte, à une seule personne à qui je partagerais mon cœur, alors que le monde est si vaste et l’humain si beau.

Marchons ensemble.

GAF

 

Publicités

Sa pâle joue

tomb

N’est-ce pas qu’elle est jolie
Dans sa robe couleur
D’orange?

Fruit doux

Sa peau froide
Ne brisera jamais l’éclat
De son regard
Avant la mort

N’est-ce pas qu’elle est jolie
Dans sa boîte
Dorée?

Le jour mordant
Sa pâle joue

Aucune larme
Alors que la terre
Lui couvre la face

© Gaël Frédérique Deslandes 2015
Napowrimo jour 5